Le Real Madrid, tenu en échec par Dortmund, termine deuxième du groupe F

Le Real Madrid, tenu en échec par Dortmund, termine deuxième du groupe F



Le Real Madrid a été tenu en échec par Dortmund (2-2) et termine deuxième du groupe F, deux points derrière son adversaire du soir.


Le match 2-2

Si certains à Madrid espéraient un match nul, synonyme d'une deuxième place évitant paradoxalement au Real quelques gros adversaires en huitièmes de finale, Zinédine Zidane avait annoncé qu'il n'y avait «aucun calcul à faire» avant la finale du groupe F contre Dortmund, et que l'objectif était la victoire. Il n'a pas menti : son équipe n'a pas calculé mais elle a raté trop d'occasions et s'est fait reprendre en fin de match par un adversaire joueur après avoir mené de deux buts (2-2).


Le Real a vite pris le match en main et c'est logiquement que Benzema a ouvert le score (28e) puis inscrit son deuxième personnel (53e). Dortmund, qui avait eu plusieurs occasions d'égaliser avant la pause par Pulisic (38e), Schürrle (39e) et Casto (42e), a réduit le score sur un but de l'inévitable Aubameyang (60e). Les hommes de Zidane auraient alors pu reprendre deux buts d'avance mais Weindenfeller était en en forme (68e, 79e) et Ronaldo trop imprécis (poteau à la 78e). C'est le remplaçant Reus qui a égalisé (88e) sur un service d'Aubameyang, permettant à Dortmund de terminer avec deux points d'avance sur son adversaire du soir, battant au passage le record de buts marqués en phase de poules (21).

Le joueur : Benzema se rapproche d'Henry

Karim Benzema a réalisé un grand match contre Dortmund. Très mobile, l'attaquant a été de tous les bons coups offensifs des siens. Précis du pied droit puis de la tête sur ses buts, il a aussi offert un bon ballon à un Cristiano Ronaldo trop court (44e) et failli en inscrire un troisième sur corner (69e). Avec son doublé, Benzema atteint les 50 buts en C1, devenant le septième meilleur buteur de l'histoire de la compétition, ex aequo avec Inzaghi et à une unité de Thierry Henry (51 buts en comptant ceux en tours préliminaires). Il n'a fallu au Français que 88 matches pour atteindre la barre symbolique des 50 buts, soit moins que son coéquipier Cristiano Ronaldo (91).
Fourni par Blogger.