LIGUE 1: les tops et les flops de samedi

LIGUE 1:  les tops et les flops de samedi


LIGUE 1 – Samedi, le PSG a subi une nouvelle désillusion face à Guingamp, où ses individualités ont failli. Jérémy Ménez a lui encore fait preuve d'immaturité avec Bordeaux : voici nos tops et nos flops de samedi.

Les tops

  • La revanche de Kombouaré
Il n'a pas voulu en rajouter au coup de sifflet final. Mais on imagine facilement qu'il a dû goûter avec bonheur à cette victoire. Cinq ans après avoir été licencié par QSI et le PSG, Antoine Kombouaré a pris sa revanche avec Guingamp en humiliant l'ogre de la capitale (2-1). Avec panache. L'En Avant et son entraîneur n'ont jamais courbé l'échine et leur victoire est aussi celle de l'audace. Les Bretons sont quatrièmes et enchantent la L1 depuis août. Leur coach a une grande part dans cette belle aventure.
  • Enzo Crivelli
Cette saison, Enzo Crivelli pèse de tout son poids sur l'attaque bastiaise. Le Stade Rennais pourrait en témoigner. La défense des Rouge et Noir a craqué deux fois sous les coups du natif de Rouen. Crivelli a d'abord inscrit sa sixième réalisation de la saison en L1 avant d'offrir le deuxième but corse de la soirée à Gaël Danic d'une jolie remise de la poitrine. Du grand art.

Enzo Crivelli avec Bastia - 2016AFP
  • Le contrôle de Philippoteaux
Le geste parfait ! Romain Philippoteaux a fait le geste juste pour débloquer la situation lors de Lorient - Saint-Etienne. Sur un long centre d'Erwin Koffi au second poteau, l'ancien Dijonnais a stoppé le ballon d'un contrôle impeccable pour éliminer son défenseur avant d'ajuster Anthony Maisonnial, le jeune portier de Saint-Etienne. Ce contrôle magnifique a permis à Lorient de se mettre sur la voie de ce nouveau succès.
  • Les cadeaux de Noël avant l'heure de Montpellier à ses supporters
En ce mois de décembre, Montpellier aurait sûrement préféré avoir plus de matches à domicile. Lors de leurs deux matches disputés sur leur terrain durant ce dernier mois de l'année, les Héraultais ont signé deux récitals offensifs. Et pas contre n'importe qui. Après le 3-0 contre le PSG, ils ont étrillé Bordeaux (4-0). Deux matches à domicile, sept buts marqués, zéro encaissé et surtout deux victoires. Les habitués de la Mosson ont été gâtés avant Noël.

Les flops

  • L'immaturité de Menez
Avec Jérémy Ménez, c'est souvent tout ou rien. Bordeaux a ainsi tout connu cette semaine. Un match plein d'éclat ce mercredi en Coupe de la Ligue contre Nice, où il a été décisif (3-2). Et ce samedi, l'ancien Sochalien a montré son pire profil. Alors que son équipe était déjà dans le dur à 2-0, il s'est fait expulser dès la 38e minute en s'en prenant verbalement à l'arbitre. A 29 ans, il doit encore mûrir.

Jérémy Ménez avec Bordeaux - 2016AFP
  • Di Maria, Kurzawa, Motta : La faillite des individualités parisiennes
Paris va mal. Parce que son expression collective est brouillonne. Parce qu'Unai Emery ne fait pas les bons choix. Parce que les têtes sont à l'envers. Mais la faillite est avant tout celle des cadres ou supposés comme tels. Thiago Motta a confirmé à Guingamp ses grandes difficultés du moment et Angel Di Maria n'a encore pas pesé sur le cours de la rencontre. Mais c'est sans doute Layvin Kurzawa qui a le plus souffert. Sa passe décisive pour Cavani ne masque pas son match en forme de chemin de croix.
  • Le cauchemar de Moulin
Il est ce qu'on appelle une doublure parfaite. Jamais d'état d'âme et un coéquipier modèle. Depuis quatre saisons et demie, Jessy Moulin est l'ombre de Stéphane Ruffier qui lui a simplement laissé quelques matches de Ligue Europa et de Coupe de France pour se faire les dents. Mais ce samedi à Lorient, Jessy avait enfin sa chance en L1. Pour la première fois depuis 2011. L'occasion de démontrer qu'il valait mieux que son éternel rôle de doublure. L'occasion de démontrer que lui aussi avait le droit aux projecteurs. Mais le rêve a tourné au cauchemar.
Après 10 minutes de jeu, Moulin a percuté Benjamin Moukandjo en sortant de sa surface. Et il est retourné aux vestiaires, logiquement expulsé. Sa détresse faisait peine à voir. Son imprudence a également coûté cher aux Verts, même si son remplaçant, l'inexpérimenté Anthony Maisonnial, a sorti une immense performance. Saint-Etienne n'a pu éviter la défaite à Lorient (2-0). Vraiment une sale soirée pour Moulin.
  • La semaine de Rennes
En moins de sept jours, le Stade Rennais s'est placé dans une situation délicate. Après un début de saison prometteur, le club breton a enregistré trois défaites synonyme de coup d’arrêt. Après Lyon (1-0) et la claque à Monaco en Coupe de la Ligue (7-0), les Rouge et Noir ont vu Bastia venir s'imposer au Roazhon Park (1-2) pour infliger à Rennes sa première défaite à domicile cette saison en L1. La gifle face à Monaco a laissé des traces, même si Christian Gourcuff avait largement fait tourner. Après cette semaine clairement ratée, les Bretons vont maintenant devoir trouver les ressources pour relever la tête. Et retrouver leur confiance. Ce n'est pas gagné.


Fourni par Blogger.