Liverpool accroché par West Ham (2-2)

Liverpool accroché par West Ham (2-2)



Mauvaise opération pour Liverpool. Les Reds, troisièmes du classement, ont été tenus en échec par West Ham dimanche à Anfield (2-2) et se retrouvent distancés par Chelsea et Arsenal. Dimitri Payet, avec un but sur coup franc, a contribué à ce point précieux pour les Hammers, puisqu'il leur permet de sortir de la zone rouge.

Encore un mauvais week-end pour Liverpool. Après la désillusion à Bournemouth (4-3) il y a une semaine, les joueurs de Jürgen Klopp ont été tenus en échec (2-2) par West Ham sur leur pelouse et voient Chelsea creuser l'écart en tête de la Premier League. Largement dominateurs, les Reds n'ont pas eu assez d'efficacité face au but de Randolph pour espérer prendre les trois points. Tout le contraire de West Ham.

Décidément, cette équipe de Liverpool est vraiment à deux visages. Celui qui fait peur à tout le monde et celui que chaque formation rêve de voir le jour où il joue les Reds. Ce dimanche, les joueurs de Jürgen Klopp ont globalement montré le meilleur. A l'exception des vingt dernières minutes de la première période. Et cela leur a coûté cher. En moins d'un quart d'heure, West Ham a forcé Liverpool à mettre un genou à terre. Alors qu'Antonio avait déjà inquiété Karius en début de match (7e), Payet s'est chargé d'égaliser d'un nouveau coup franc direct (27e, 1-1) avant qu'Antonio n'inscrive son 7e but de la saison (39e, 1-2).

Randolph, un exploit pour seul arrêt

Un renversement total de situation, Liverpool n'ayant mis que cinq minutes à trouver l'ouverture. De retour dans le onze de départ, Lallana a profité des largesses défensives des Hammers pour se retourner dans la surface et tromper Randolph du gauche (5e, 1-0). Alors que l'on s'attendait à voir les Reds appuyer sur l'accélérateur et se balader à partir de là, les joueurs de Klopp ont eu la même réaction qu'à Bournemouth : ils se sont endormis, malgré les frappes non-cadrées de Firmino (14e, 37e, 42e). Et, à force de laisser West Ham jouer à sa main, ils ont fini par le payer, à deux reprises.
Sans doute bougés par l'entraîneur allemand à la pause, les Reds ont eu un état d'esprit complètement différent à la reprise. Et, très vite, Liverpool est revenu dans le match, Origi profitant d'une faute de main de Randolph pour égaliser (48e, 2-2). La rencontre s'est alors transformée en attaque-défense mais ni Wijnaldum (49e, 61e, 67e), ni Milner (84e) n'ont cadré leurs frappes. Et lorsque Henderson y est parvenu, de 30m, Randolph s'est envolé pour sortir le ballon de sa lucarne (69e). Liverpool a continué à pousser, à multiplier les temps forts et les centres. En vain. Et, en deux semaines, les Reds ont vu Chelsea s'envoler irrésistiblement.
Fourni par Blogger.